Retour
cours des métaux

Coil laminé à chaud ArcelorMittal

Coil laminé à chaud / Europe : Des prix toujours plus hauts

La pénurie affecte l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 14.01.2021 à 11h47

De l’avis de certains opérateurs, les prix européens des coils laminés à chaud culmineraient actuellement à un niveau plafond. De fait, ces derniers ont poursuivi leur ascension, mais à un rythme moins soutenu qu’auparavant. Un phénomène imputable au ralentissement des prix des importations turques de ferrailles et de ceux de l’acier en Chine, avant la célébration du Nouvel an chinois.

La progression est imputable aux problèmes de capacités, conjugués à l’allongement des délais de livraison jusqu’au début de l’été, tant pour les produits domestiques, que pour ceux issus de l’importation, notamment de l’Inde.  

La majorité des acheteurs, envisage de se tenir en retrait en vue d’évaluer la direction des prix. Même scénario pour les vendeurs alors que l’annonce d’ArcelorMittal en faveur d’une nouvelle hausse, à 730 €/t départ usine, a incité les usines locales à ne plus soumettre d’offres. 

A la date du 18 janvier, Platts a fixé la valeur du coil laminé à chaud à 710 €/t départ usine Ruhr (+3,5 €/t) pour l’Europe du nord et à 702,5€/t départ usine Italie, soit un niveau inchangé, pour le sud de la région.

Une demande guidée par la flambée des prix?

Les acheteurs sont  préoccupés par le fait qu’ils vont devoir s’acquitter de prix majorés alors que la marchandise leur fait défaut. La question est de savoir si ceci résulte d’une demande réelle ou est uniquement dicté par la flambée des prix?”, a commenté un acheteur.

Les tensions sur les stocks au sein de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement se sont exacerbées au cours des dernières semaines. De fait, outre les usines détenant des stocks peu élevés de matières premières, les stockistes sont à court de disponibilités et les utilisateurs finaux ne reçoivent pas suffisamment de matériel pour fabriquer leurs produits. 

Des réductions du temps de travail en vue

Si les secteurs de l’automobile, de l’électroménager  et d’autres segments industriels n’ont pas encore réduit leur activité, des perturbations de production se profilent. Un distributeur berlinois a fait savoir que l’un de ses acheteurs serait bientôt contraint de mettre en place la réduction du temps de travail s’il ne recevait aucune livraison.

De nombreux utilisateurs finaux, redoutant de ne pouvoir répercuter les majorations sur leurs clients et donc, de passer à côté des créneaux de livraison du premier trimestre, refusent de s’acquitter de prix trop élevés. En outre, certains fournisseurs  se trouvent dans l’incapacité de livrer les volumes requis par leurs clients, ce qui engendré la pénurie en bout de chaîne d’approvisionnement.

Les redémarrages de hauts-fourneaux ne vont pas résoudre les problèmes de surcapacités

D'après un centre de service basé dans l’est de l’Europe, même si les hauts-fourneaux de Gand en Belgique, Brême en Allemagne et Dunkerque vont redémarrer ce mois-ci, la donne ne devrait pas changer à court terme.

En dépit de ces redémarrages, les tensions sur les disponibilités devraient perdurer. J’attends impatiemment le  mois de juillet, correspondant à la période de fin de validité des quotas sur les importations. Mais je suis sceptique. Les producteurs qui, au départ étaient en faveur des mesures, exportent aussi vers d’autres pays”, selon un distributeur rhénan.

Sur le front des importations, les prix sont élevés par rapport à ceux observés localement, le coil laminé à chaud issu du Vietnam a été signalé à 750 €/t cif Anvers tandis que le coil laminé à froid en provenance d’Inde a quant à lui été annoncé à 790 €/t cif Anvers.

Sur le marché italien, le volume d’offres à l’import a culminé à un pic en décembre, période à laquelle il était possible de se procurer de la marchandise auprès de fournisseurs égyptiens et coréens. Depuis lors, ces alternatives à l’importation ne sont plus de mise.

Italie : des tensions sur l’offre jusqu’en juin?

Les tensions sur les disponibilités devraient susbsister jusqu’en juin ou juillet, selon un opérateur. Ce dernier a mis en exergue que les acheteurs, n’effectuant que des achats “couplés” après s’être massivement approvisionnés en novembre-décembre, lorsque les prix ont opéré une remontée rapide, se montraient  prudents actuellement.               

Rond à béton / Espagne : baisse localement, progression à l’export

23.02.2021
+

International : ThyssenKrupp ne souhaite pas céder sa division acier

23.02.2021
+

Mesures de sauvegarde / UE : Assofermet souhaite la supression des barrières commerciales

22.02.2021
+