Retour
cours des métaux

Eurofer : perspectives peu encourageantes pour 2020

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 26.03.2020

Eurofer, l’association représentant les aciéristes européens, pronostique un plongeon de la demande en acier au cours des prochaines semaines sur fond d’extension rapide du Covid-19. En effet, les prévisions sont peu réjouissantes à court terme au regard de la position déjà vulnérable de l’industrie dû à la crise persistante du secteur sidérurgique depuis 2009. L’impact du Covid-19 devrait entraîner une chute de la demande inhérente à la dégradation accrue des secteurs utilisateurs d’acier déjà fragilisés.

 « L’effondrement escompté de la demande va contribuer à aggraver le ralentissement du marché amorcé l’an dernier et exercer une pression insoutenable sur l’ensemble du secteur de l’acier », a déploré Eurofer.  

Plongeon des revenus des revenus des sociétés

En outre, l’association européenne table sur un impact significatif sur les revenus des aciéristes résultant de la forte baisse des expéditions, les clients se voyant contraints de réduire leur demande et/ou de refuser des livraisons. Ainsi,  depuis le début de  la survenue de l’épidémie, certaines sociétés prévoient-elles déjà des pertes représentant jusqu’à 20% de leurs revenus.

Il n’en demeure pas moins que dans de nombreux cas, aucune estimation n’a été établie étant donné qu’il est prématuré de faire des prévisions à court terme. Eurofer a également fait état de la pénurie de matières premières dû à des ruptures d’approvisionnement et des perturbations de la chaîne logistique.

Perturbation de la chaîne d’approvisionnement en vue

Les  principales matières premières essentielles susceptibles de perturber la chaîne d’approvisionnement des sociétés sont les suivantes : l’inox/les ferrailles, le nickel primaire, le ferrochrome (FrCr), l’électricité, le gaz, les électrodes, le silicomanganèse (SiMn), le ferrosilicium, les matériaux réfractaires.

De plus, si la situation ne s’améliorait pas de façon significative, des perturbations plus graves devraient survenir au cours des toutes prochaines semaines, ce qui pénaliserait sérieusement l’activité et poserait un risque sérieux de non-durabilité du secteur tout entier. Eurofer n’exclut pas que l’impact le plus profond de la crise du Covid-19 s’étende sur une période de deux à trois mois.