Retour
cours des métaux

coke métallurgique ports de l

Interdiction des importations de coke métallurgique russes / UE

De nombreuses mesures de rétorsion instaurées par la Commission

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 15.04.2022

La Commission  européenne vient d’annoncer une cinquième salve de sanctions à l'encontre de l'économie russe en réponse aux crimes de guerre perpétrés en Ukraine. Malgré les souhaits de la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, le gaz ne devrait pas être concerné. Ursula von der Leyen, la présidente  de  la Commission européenne, a présenté le nouveau volet de sanctions s’appuyant sur six piliers.

Blocage de l’accès des bateaux russes aux ports de l’UE

L’une des mesures de rétorsion clés est le blocage de l’accès des bateaux russes, et de ceux exploités par la Russie, aux ports de l’UE. Certaines exemptions ont été accordées par l’UE, à l’instar des produits agro-alimentaires, l’aide humanitaire et l’énergie. Une proposition vise quant à elle à l’interdire le transport routier en provenance de Russie et Biélorussie.

Une autre mesure concerne l’instauration d’un embargo sur le charbon russe d’un montant de 4 mds d’€ par an. D’après des statistiques douanières, la Russie a exporté près de 50 M de t de charbon vapeur et de charbon à coke vers l’UE en 2021.

De nombreux sidérurgistes impactés par l’embargo sur le charbon à coke russe

Des groupes sidérurgiques de premier plan, à l’instar de ArcelorMittal, ThyssenKrupp, Salzgitter, Voestalpine, Tata Steel Ijmuiden, Acciaierie D’Italia, British Steel, SSAB et US Steel Kosice (USSK) s’approvisionnent en Russie auprès de fournisseurs de charbon métallurgique.

Les 27 ont également décidé d'interdire toute transaction avec quatre banques du pays, dont VTB Bank. « Ces banques représentent 23% de la part de marché du secteur bancaire russe », selon un communiqué publié par la Commission européenne.

Le quatrième pilier s’applique, lui, à l’interdiction des exportations de technologies et de produits industriels, d’une valeur de 10 mds d’€, à l’instar des semi-conducteurs de pointe, des machines et du matériel de transport.

La cinquième mesure vise à geler les exportations russes de fruits de mer, vodka, bois, et ciment, entre autres vers l’UE.

Un autre point vise des mesures ciblées, englobant l’interdiction générale de la participation des sociétés russes dans des marchés publics au sein de l’UE. Bruxelles réfléchit à d’autres sanctions, et notamment sur les importations de pétrole, selon la présidente de la Commission.

Les précédentes sanctions effectives depuis le 15 mars

Dans le précédent train de sanctions, effectif depuis le 15 mars dernier, l'UE avait décidé de restreindre les importations de produits finis en acier pour un montant de 3,3 mds d’€.

Pour mémoire, sur la liste des restrictions imposées précédemment par Bruxelles figuraient également l'exclusion du réseau Swift des grandes banques russes, la réduction des deux tiers des importations d'hydrocarbures, le gel des avoirs de centaines d'oligarques et personnalités russes, la fermeture de l'espace aérien européen ou encore l'interdiction de l'exportation de produits de luxe.   

 

 

Nouveau décret énergie / Italie : redémarrage des aciéries

05.10.2022
+

Importations de demi-produits russes / UE : les relamineurs opposés à une interdiction

05.10.2022
+

Tôles / Europe : un marché hétérogène

05.10.2022
+