Retour
cours des métaux

Transition énergétique acier vert

Acier vert / UE : certains clients seraient disposés à débourser davantage

Les aciéries devront recourir à des technologies innovantes

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 30.06.2021

D’après l’Austrian Mining and Steel Association, les marchés européens de l’acier souhaitent développer une clientèle désireuse de se procurer des produits sidérurgiques à faible empreinte carbone.

De l’avis de Roman Stiftner, directeur général de l’association autrichienne, les nouvelles aciéries peu gourmandes en CO2 devront recourir à des technologies innovantes, des coûts de l’énergie compétitifs, ainsi qu’à des marchés porteurs et un cadre législatif favorable. 

« Nous constatons déjà que de nombreux clients sont disposés à débourser davantage pour s’approvisionner en acier vert. Le secteur industriel doit saisir l’opportunité de la transition énergétique », a précisé le dirigeant lors d’une conférence qui s’est tenue le 22 juin dernier.

La hausse des coûts de production de l’acier à faibles émissions, conjuguée à une demande accrue en matières premières de qualité supérieure dédiées à la production d‘acier, en énergie propre, ainsi qu’en métaux accélérant la transition énergétique, devront recevoir le soutien des clients et de la législation, à l’instar du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières.

L’Autrichien Voestalpine, lequel s’est fixé comme objectif de réduire de 80% les émissions de CO2  à l’horizon 2050, envisage de recourir à la technologie de l’acier hybride et à base d’hydrogène en plusieurs phases, en utilisant des énergies renouvelables. 

ArcelorMittal, SSAB et Ovako  déjà bien impliqués dans la production d’acier vert

Quant à ArcelorMittal, il utilise de l’hydrogène dans le processus DRI-EAF (réduction directe du fer– aciérie électrique) et développe le Smart carbone (faibles émissions de carbone) dans plusieurs de ses sites européens. Lors de la vente d’acier plat, le géant de l’acier fournit d’ores-et-déjà des certificats attestant de la réduction des émissions réalisée.

La production d’acier à base de minerai remplacée par de l’électricité et de l’hydrogène

Les groupes suédois SSAB et Ovako, travaillent avec le constructeur de poids lourds Volvo Group, pour produire de l’acier décarboné, où le charbon utilisé pour la production d’acier à base de minerai est remplacé par de l’électricité et de l’hydrogène vert, obtenu sans énergies fossiles.

Quant à Volvo Cars-dissocié de Volvo Group depuis des années-, filiale du Chinois Geely, il va collaborer avec SSAB et son initiative Hybrit, le projet le plus avancé et le plus ambitieux du secteur sidérurgique dans le développement d'acier sans énergie fossile.

Outre le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, les aciéristes pourraient recourir aux aides allouées par l’Etat en matière d’investissements durables et verts. « Nous devons financer la transition énergétique, laquelle peut bénéficier de nombreux fonds attribués par l’UE. L’industrie sidérurgique européenne doit être l’un des principaux secteurs à être partie prenante de la finance durable », selon Roman Stiftner

 

 

 

Fil machine / Europe : une baisse bien ancrée

16.09.2021
+

Rond à béton / France : prix stables

16.09.2021
+

Coil / Italie : manque de vigueur du marché

16.09.2021
+