Retour
cours des métaux

Coil laminé à chaud importations asiatiques

Coil laminé à chaud /Europe : des usines trop ambitieuses ?

Des disponibilités tendues

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 04.05.2023

Dans le nord-ouest de l’Europe, les délais de livraison des usines intégrées se sont accrus. Ces dernières, dont les carnets de commandes sont bien garnis, devraient tenter de relever leurs tarifs à court terme en raison des tensions sur l’offre. 

Plusieurs facteurs concourent à cette situation, à l’instar des deux incendies survenus fin mars chez ArcelorMittal à Dunkerque et Gijon, des défaillances techniques chez Tata Steel Ijmuiden, aux Pays-Bas, d’une production réduite, associée à des travaux de maintenance chez Acciaierie d’Italia.

Ces nombreuses perturbations viennent s’ajouter à des goulets d’étranglement imprévus au sein de la chaîne de production. Ainsi,  début avril, ArcelorMittal a-t-il adressé un courrier à tous ses clients selon lequel les commandes déjà effectuées feraient l’objet de retards importants.              

Des retards de livraison fréquents

« Des retards compris entre 8 et 10 semaines ne sont pas exceptionnels. Les délais de livraison courent même jusqu’au troisième trimestre dans certains cas. Dans ce contexte, le marché européen du coil laminé à chaud pourrait être amputé de près d’1 million de t à court terme », selon un responsable d’un centre de service bruxellois.

« D’après certaines sources, ArcelorMittal a commandé environ 100 000 t de brames en Indonésie en vue de compenser les pertes de production de Dunkerque et Gijon », a précisé le dirigeant.

Au vu des conditions actuelles du marché, les fournisseurs nord-ouest européens de coil laminé à chaud ciblent désormais 900 €/t départ usine, un niveau faisant l’objet de rumeurs depuis un petit moment.

De nombreux opérateurs, jugeant cet objectif trop ambitieux, se montrent sceptiques quant au succès d’une telle majoration en raison de la faiblesse de la demande des distributeurs et utilisateurs finaux ainsi qu’aux importations compétitives  De fait, les consommateurs se montrent peu disposés à débourser plus de 850 €/t départ usine.

Les prix nord et sud-européens en phase

Chose curieuse, les prix nord et sud-européens du produit plat sont plutôt en phase cette année, voire  parfois plus élevés dans le sud de la région. « Des offres à 900 €/t départ usine ont récemment été signalées en Italie », a observé une source.

Quoiqu’il en soit, ces niveaux ne sont pas en adéquation avec ceux des transactions, lesquels avoisinent 855 €/t départ usine, tant en Italie, au Benelux, qu’en Allemagne.      

Au vu des disponibilités tendues en Europe, les clients jettent leur dévolu sur les importations asiatiques dont les prix, très attractifs, sont inférieurs de plus de 100 €/t à ceux observés localement.

Vers l’Europe du nord, les offres au départ d’Asie sont disponibles entre 700 et 720 €/t cif Anvers. Une offre originaire du Japon a, elle, été signalée à 680 €/t cif Anvers. A destination du sud de la région, les offres oscillent entre 680 et 700 €/t cif Italie.  

Coil laminé à chaud / Europe : orientation baissière

29.02.2024
+

Produits longs / International - Irepas : le marché pâtit des nouveaux exportateurs

29.02.2024
+

Fil machine / Europe : progression en Italie, stabilité en Europe du nord

29.02.2024
+