Retour
cours des métaux

Espagne : Unesid en faveur de mesures urgentes

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 10.06.2020

Le secteur sidérurgique espagnol ne sera pas en mesure de continuer à opérer à moins de 50% de sa capacité normale au-delà de quelques mois supplémentaires. De fait, en avril, l’activité ayant lourdement pâti de la crise sanitaire, la production d’acier s’est effondrée, selon Andres Barcelo, directeur général d’Unesid, l’association espagnole de l'acier.

« Le secteur, sévèrement pénalisé, nécessite un soutien s’accompagnant de la mise en place de mesures visant à sauvegarder plus de 60 000 emplois. Il convient également d’assurer la continuité de la production d’acier, essentielle dans certaines régions du pays», a averti Unesid.

Les niveaux d’activité doivent impérativement se redresser

Les secteurs utilisateurs d’acier doivent renouer avec les niveaux d’activité enregistrés avant le confinement, soit en promouvant la demande privée, comme l’achat d’automobiles, par exemple, ou par le biais d’actions publiques, en favorisant la construction. Les acteurs de l’industrie sidérurgique européenne souhaitent que la Commission européenne prenne des mesures destinées à stimuler le secteur et révise les mesures de sauvegarde.

« Seuls quelques produits bénéficient de la première proposition de la Commission. En conséquence, le secteur requiert des actions plus générales et de plus grande envergure sur le long terme étant donné que ces mesures n’auront plus cours en 2021 », a observé Unesid.

« Les critères de production de l’industrie de l’UE en matière environnementale sont bien plus stricts que ceux requis hors de la région. En outre, le secteur, bien positionné en termes de capacité d’innovation, a pris l’engagement de parvenir à un bilan neutre en carbone d’ici 2050 », a expliqué l’association espagnole.

La production a plongé à un plus bas historique en avril

Le secteur sidérurgique espagnol a produit 626 000 t d’acier brut en avril, soit un chute de 52% sur un an. A titre de comparaison, en juillet ou décembre, période à laquelle l’activité tourne traditionnellement au ralenti, la production oscille entre 900 000 t et 1 M de t. Durant la crise financière de 2008-2009, les volumes de production les plus bas avaient totalisé 725 000 t.

Si, en avril, la baisse de la production s’est appliquée à quasiment toutes les catégories de produits, elle était cependant plus marquée dans le segment  automobile, quasiment à l’arrêt durant la période considérée. Seule la production de tôles étamées s’est poursuivie à son taux normal dû aux besoins de l’industrie alimentaire