Retour
cours des métaux

Eurofer consommation d

Eurofer table sur un repli de 3,5% de la demande d'acier en 2022

Une récession plus sévère que prévu

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 03.11.2022

Eurofer, l’association européenne de l’acier, table sur un repli de 3,5% en rythme annuel, à 145 M de t, de la demande d’acier cette année. Cette situation s’explique par une récession plus sévère que prévu résultant de détérioration de l’économie de l’UE suite à l’invasion russe en Ukraine, conjuguée à la crise énergétique. Les estimations initiales d’Eurofer avaient fait état d’une baisse de 1,7% de la demande d’acier pour 2022.

La baisse devrait subsister au-delà du 1er semestre 2023

Dans un rapport datant du 26 octobre dernier, l’association européenne a mis en exergue le fait que cette tendance baissière devrait perdurer au moins jusqu’au premier semestre 2023. De fait, entre janvier et juin prochains, la demande en produits sidérurgiques devrait décliner de 1,9% sur un an, à 142,4 M de t. 

Même si, la consommation d’acier s’est redressée de 16,3% durant la période postpandémique, la tendance positive est arrivée à son terme au second trimestre 2022, après que la demande a chuté de 4,8 %, à 38,6 M de t.

De l’avis d’Axel Eggert, directeur général d’Eurofer, cité dans le rapport, « tous les  facteurs à la baisse se maintiennent et se sont même accentués, notamment les prix astronomiques de l’énergie, lesquels ont vu les coûts de production se propulser à des pics ».

« Cette situation a entraîné un nouveau repli de la consommation apparente d’acier ainsi qu’une révision significative à la baisse de la production des secteurs utilisateurs finaux au sein de l’UE pour les reste de l’année 2022, et probablement pour le premier semestre 2023 », a précisé le patron de l’association européenne.

Des importations toujours élevées

Ce dernier a précisé qu’il était toujours préoccupé par « le niveau toujours élevé des importations d’acier destinées à l’UE ». Si, au deuxième trimestre, les importations vers l’UE ont consolidé leur progression, à 1,6% sur un an, elles ont  toutefois chuté de 28,5% par rapport au trimestre précédent.

Au second trimestre, les segments utilisateurs d’acier se sont avérés plus résilients qu’escompté initialement, en raison de l’effet de report du rebond de 8,4% affiché en 2021 après la pandémie.

La  production des secteurs utilisateurs finaux en repli

Quoiqu’il en soit, la guerre en Ukraine et la flambée des coûts de l’énergie qui en a découlé devraient peser sur la fin de l’année 2022 et le premier trimestre 2023.

Ainsi, la production des secteurs utilisateurs finaux d’acier devrait-elle se contracter  de 0,9% alors que les prévisions faisaient initialement mention d’une progression de 2,2%.        

 

Filière hauts-fourneaux / Allemagne : les aciéries en proie à un dilemme

01.02.2023
+

Absence d'exportations / Turquie : les usines continuent d'opérer à faible capacité

01.02.2023
+

Contrats d'approvisionnement relatifs au coil laminé à chaud /UE

01.02.2023
+