Retour
Exportations turques d'acier

Exportations turques d'acier : chute de 50% vers l'UE et les USA

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 20.11.2019

Outre les quotas instaurés par l’UE, les droits de douane imposés par les USA sur les importations turques d’acier, ont vu ces dernières diminuer de moitié vers ces régions, précédemment des marches clés, selon Ugur Dalbeler, pdg du groupe Colakoglu.

 « Au cours des dernières années, la Turquie exportait 50% de ses livraisons vers les pays de l’UE. Parallèlement, celles destinées aux USA avoisinaient 15% du volume des exportations turques d’acier. Si nos exportations à destination de l’UE ont totalisé 8 M de t en 2018, elles atteindront tout juste 5 M de t cette année après la mise en place des quotas », a déploré le dirigeant turc à la télévision locale.

En dépit du repli significatif des exportations turques vers les USA et l’UE, des destinations de premier ordre, les expéditions turques, toutes destinations confondues, ont atteint 20 M de t au total, soit un niveau équivalent à celui observé en 2018.

Selon Ugur Dalbeler, la valeur de ces exportations devrait chuter de 15% sur un an, à moins de 15 mds de $  (13,5 mds d’€) cette année dû au recul des prix internationaux de l’acier. Le responsable de la société turque prédit que les volumes turcs d’acier devraient à nouveau pâtir des restrictions commerciales en 2020.

« Cette année, nous avons accru significativement nos exportations vers des destinations alternatives, à l’instar de l’Asie du Sud-Est, l’Amérique du Sud et l’Afrique. Toutefois, au regard de la généralisation des mesures protectionnistes, nous avons perdu  certains de nos marchés traditionnels tels que l’Egypte et le Maroc », a observé Ugur Daleber.

Ce dernier a mis en exergue le fait que le repli significatif de la demande domestique a également contribué à accroître la pression sur les aciéries locales. De fait, d’après l’association des producteurs turcs d’acier (TCUD), entre janvier et septembre 2019, la consommation domestique d’acier s’est effondrée de 25,8% en glissement annuel.

Sur la période considérée, la consommation de produits plats a décliné de 12%, à 11,1 M de t. Parallèlement, celle de produits longs a plongé de 39,4%, à 7,8 M de t, dû à la crise persistante au sein du secteur de la construction.