Retour
cours des métaux

Grève des transportsréductions de production

Grève des transports / Espagne : les aciéristes lourdement pénalisés

Dysfonctionnements au sein de la chaîne d'approvisionnement

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 31.03.2022

De l’autre côté des Pyrénées, à l’issue d’une réunion avec le Comité national du transport routier  (CNTC) qui s’est tenue le 21 mars, le ministère des Transports a annoncé que la profession bénéficierait de bonifications du prix du gazole à hauteur de 500 M d’€.

Selon la ministre espagnole des Transports, Raquel Sanchez, le dispositif se traduira par une baisse effective du prix du gazole facturé aux entreprises  locales de transport, à l’image de ce qui a été mis en place en France. 

La grève massive pèse sur les chaînes d’approvisionnement 

Cette annonce n’a  néanmoins pas suffi à mettre fin à la grève lancée le 14 mars, par la Plateforme, un collectif de PME et de travailleurs indépendants. Elle  a eu pour effet de bloquer des milliers de camions et d’entraîner de sérieuses perturbations au sein des chaînes d’approvisionnement sur l’ensemble du territoire espagnol, et ce, malgré la forte mobilisation policière.

Outre la filière sidérurgique, d’autres secteurs clés, à l’instar de ceux de l’agriculture, l’automobile et l’agroalimentaire figurent parmi les secteurs les plus touchés par la grève. De fait, l’acheminement de la marchandise pâtit lourdement du blocage des stations-services, plateformes logistiques et installations portuaires.

Toutes les aciéries espagnoles font l’objet de perturbations

D’après Unesid, la fédération espagnole de l’acier, « aucune aciérie ne fonctionne normalement. Toutes les usines espagnoles du secteur ont été contraintes soit de réduire, soit de suspendre leur production en raison des tensions sur les matières premières,  et de leur incapacité à assurer leurs livraisons ». 

Il convient de mentionner qu’après l’Allemagne, l’Italie et la France, l’Espagne, dont la production a totalisé 13,1 M de t en 2021, est le quatrième plus gros producteur d’acier en Europe.

Plan de licenciement temporaire chez Acerinox

Le 22 mars, Acerinox, le plus grand producteur espagnol d’inox, s’est entendu sur un plan de licenciement temporaire d’une durée potentielle d’un an avec les ouvriers du site de Campo de Gibraltar, en Andalousie. La  capacité de production de cette aciérie, s’élevant à 1,1 M de t/an, a déjà été revue à la baisse depuis le 9 mars en raison de l’escalade persistante des coûts de l’électricité et du gaz.

La production impactée dans de nombreuses aciéries

Même scénario pour ArcelorMittal Espagne, lequel s’est vu dans l’obligation d’arrêter, dès le 17 mars, plusieurs installations de son site de Gijon (Asturies, au nord-ouest du pays) dont la capacité atteint 4,5 M de t/an.

Selon Unesid, la grève a conduit d’autres groupes sidérurgiques locaux à réduire, voire cesser leur activité. C’est notamment le cas de Megasa (3 M de t/an), Grupo Celsa (2,5 M de t/an), et Siderurgica Balboa (1,3 M de t/an), entre autres.

Le 29 mars, le gouvernement espagnol  a annoncé un arsenal de mesures visant à contenir l’explosion des coûts de l’énergie. 

Rond à béton / France -Italie-Espagne : manque de vigueur

25.05.2022
+

Expéditions d'acier / Ukraine : le pays a perdu la moitié de sa capacité d'exportation

25.05.2022
+

Produits plats en inox (UE) : changement de cap

25.05.2022
+