Retour
cours des métaux

Mesures restrictives : assouplissement en Espagne, tension persistante en Italie

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 15.04.2020

Les autorités espagnoles et italiennes ont fait part de la prolongation des mesures de confinement. Toutefois, si l’Espagne a décidé d’assouplir ses mesures, la situation n’a pas évolué chez nos voisins transalpins.

Le gouvernement espagnol a étendu les mesures de quarantaine jusqu’au 26 avril, mais, même les employés dont l’activité est jugée non-essentielle,  sont autorisés à reprendre leur travail s’ils ne sont pas en mesure de télétravailler. En outre, dans le souci de trouver un équilibre économique, le secteur de la construction et d’autres segments industriels vont redémarrer leur activité. Les opérateurs du secteur souhaitent que dû à la reprise de l’activité des consommateurs d’acier, cette mesure gouvernementale contribue à accroître la charge de travail des aciéries.

Parallèlement, la pression exercée sur les groupes sidérurgiques continue à s’intensifier en Italie. Le 10 avril, le premier ministre Giuseppe Conte a publié un nouveau décret selon lequel les mesures de quarantaine seraient prolongées du 13 avril au 3 mai.

Quasiment toutes les mesures restrictives figurant dans le précédent décret publié le 22 mars restent en vigueur, ce qui induit que le secteur sidérurgique est toujours exclu de la liste des industries autorisées à redémarrer. La seule exception à la règle s’applique aux usines dont les clients font partie des  industries essentielles et ont obtenu le feu vert des autorités préfectorales.

Le secteur ds machines-outils à nouveau opérationnel

Seule éclaircie au tableau : les entreprises de construction mécanique ont obtenu l’autorisation de fonctionner. Il reste néanmoins à déterminer de quelle manière elles pourront opérer dans la mesure où les autres secteurs connexes et utilisateurs finaux sont toujours placés en quarantaine. D’autres industries consommatrices d’acier, à l’instar de l’industrie sidérurgique elle-même, vont rester à l’arrêt. Si les expéditions à destination du marché export pourraient apporter un certain soulagement, les difficultés d’ordre logistique perdurent.

« De nombreuses sociétés peuvent prétendre être partiellement impliquées dans la chaîne d’approvisionnement essentielle. Le problème provient du fait que leurs clients ont également cessé leur activité et qu’une ouverture à 10-20% serait plus coûteuse qu’appropriée », a commenté une source milanaise.  

De nombreux clients confrontés à des problèmes de trésorerie

« Nous espérons que le gouvernement va  bientôt autoriser le redémarrage des industries de l’acier et de la construction car la situation devient catastrophique. En outre, d’ici fin avril, de nombreux clients se verront dans l’incapacité de respecter les délais de paiement et, certains d’entre eux devront fermer définitivement leurs portes », avertit un trader.