Retour
cours des métaux

Eurofer coûts de production

Prévisions de la demande d'acier-UE : sombre tableau selon Eurofer

La crise énergétique et le conflit en Ukraine plombent le marché

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 01.09.2022

Après avoir affiché de belles performances en 2021, la situation s’est dégradée au premier trimestre 2022 au sein du secteur européen de l’acier et les perspectives ne sont pas plus encourageantes pour le reste de l’année, selon Eurofer, l’association européenne de l’acier.

Ainsi, pour la troisième fois en quatre ans, la consommation apparente d’acier devrait chuter, de -1,7% cette année. Quant aux prévisions relatives à la demande d’acier, plombées par la crise énergétique, l’inflation, les perturbations au sein de la chaîne d’approvisionnement et le conflit en Ukraine, elles restent très incertaines.

Des importations toujours élevées 

Pour ne rien arranger, les importations se maintiennent à un niveau élevé. Ces dernières ont en effet opéré un net redressement au 1er trimestre, à +28,8% sur un an. Il convient néanmoins de souligner que le taux était supérieur aux troisième et dernier trimestres, à +47,7%, et +43,4% respectivement.

Si la consommation apparente d’acier devrait se redresser en 2023 (+5,6%), il subsiste  toutefois de nombreuses inconnues quant à la demande émanant des secteurs utilisateurs d’acier, lesquelles pourraient se prolonger au moins jusqu’au 1er trimestre prochain. Ces incertitudes sont conditionnées à l’évolution du conflit en Ukraine et à son impact sur les chaînes d’approvisionnement à l’échelle internationale.

En dépit d’un bond de +15,2% sur un an de la consommation apparente d’acier l’an dernier, suivi d’une hausse plus modérée de +6,5% au 1er trimestre 2022, portant ainsi le total de ce trimestre à 37,1 M de t, ces volumes s’établissent à un niveau inférieur à ceux observés lors du pic de 2018.

La tendance baissière va se confirmer jusqu'à fin 2022

Le ralentissement devrait se confirmer pour le reste de cette année, pour se traduire par une récession modérée ainsi qu’une révision à la baisse des prévisions de croissance de la production des industries consommatrices d’acier. Si les projections établies par Eurofer s’établissaient initialement à +2%, elles ne devraient finalement pas excéder 1,1%. 

Les performances sont inégales selon les secteurs, d’après l’association européenne de l’acier : « la bonne tenue des secteurs de la construction, de la construction mécanique et du transport ont permis de compenser les piètres résultats enregistrés par ceux de l’automobile et de l’électroménager ».

« Quoiqu’il en soit, au regard des conditions économiques défavorables découlant de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les difficultés persistantes au sein des chaînes d’approvisionnement, la crise de l’énergie et l’escalade des coûts de production, les industries épargnées jusqu’à présent devraient également être à la peine au cours des prochains trimestres », a précisé Eurofer.  

 

Nouveau décret énergie / Italie : redémarrage des aciéries

05.10.2022
+

Importations de demi-produits russes / UE : les relamineurs opposés à une interdiction

05.10.2022
+

Tôles / Europe : un marché hétérogène

05.10.2022
+