Retour
cours des métaux

Irepas produits longs

Produit longs : un troisième trimestre peu prometteur selon Irepas

Des exportations chinoises en repli

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 16.07.2020

Les perspectives établies par Irepas, l’association internationale des producteurs et exportateurs de ronds à béton, sont peu réjouissantes. En effet, au troisième trimestre, le secteur des produits longs pourrait afficher les plus mauvaises performances de l’année 2020.

 Seule la demande chinoise  contribue au redressement de l’industrie sidérurgique, le géant asiatique ayant récemment importé des volumes significatifs de produits semi-finis en acier et de coils laminés à chaud  afin de combler les  énormes arriérés de demande survenus durant la crise sanitaire. Il n’en demeure pas moins qu’à l’échelle internationale, on assiste à une concurrence accrue à moindre coût.

Si la Chine produit traditionnellement 50% de l’acier mondial, ce pourcentage avoisine désormais plutôt les 65 % dû à un accroissement de production conjugué au ralentissement économique pénalisant le reste du monde. La demande domestique étant soutenue en Chine, le pays exporte peu. « Désormais de l’acier bon marché en provenance d’Europe peine à trouver des débouchés », a commenté Irepas.

Une demande moins mauvaise qu’escompté

De l’avis de l’association internationale, le niveau de la demande mondiale  en produits longs n’est pas aussi catastrophique que ne le  laissent entendre de nombreux experts. Les usines opérant à plus de 60% de leurs capacités disponibles peuvent s’estimer « bénies », tandis que celles « opérant en deçà de 50% de leurs capacités sont en bien mauvaise posture », a précisé Irepas.

Le secteur des produits longs s’en sort mieux que celui des produits plats

Le retard inhérent au Covid concernant la délivrance des permis de construire ainsi que les retards relatifs aux  programmes d’investissement va inévitablement peser sur la demande en produits sidérurgiques, toutes catégories confondues. Toutefois, jusqu’à présent cette année, le segment des produits longs a mieux tiré son épingle du jeu que celui des produits plats.

Le retour progressif sur le marché des autres pays hors Chine découlant de l’assouplissement des mesures restrictives, a dopé l’activité des secteurs manufacturier et de la construction. Ces derniers, mis à l’arrêt au plus fort de la crise sanitaire, contribuent actuellement à stimuler la demande en produits longs.

Absence d’investissements privés dans l’UE

Au sein de l’UE, le sentiment du marché est actuellement bien plus négatif qu’il ne l’était avant la survenue du Covid. Ceci se vérifie plus particulièrement pour les investissements privés, qui pourraient être suspendus. En revanche, les travaux publics, bien plus nombreux, pourraient relancer l’économie. 

« La réouverture des marchés a entraîné une hausse des taux d’utilisation, lesquels atteignaient précédemment un seuil plancher. Les stocks de ferrailles étaient très tendus en mai, les fermetures d’usines ayant entraîné une faible disponibilité en ferrailles. Les achats effectués en juin ont dépassé les niveaux traditionnellement observés lors d’un mois normal, dans la mesure où un restockage s’imposait », a ajouté Irepas.