Retour
cours des métaux

Allemagne demande et consommation d'acier

Produits plats et longs (Allemagne) : une offre tendue malgré une demande en berne

Une offre critique en coil galva

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 10.11.2020 à 17h38

Depuis plusieurs mois déjà, le marché sidérurgique allemand se trouve dans une situation paradoxale. En effet, en dépit du plongeon de la demande d’acier à des niveaux inégalés depuis plus d’une décennie, les tensions sur les disponibilités se sont nettement accrues, notamment sur le segment des produits plats, où les délais de livraison se sont considérablement allongés.

 Au regard de ce contexte défavorable, il est désormais  devenu difficile de se procurer les volumes d’acier souhaités à des prix accessibles, selon un rapport publié par le consultant allemand Andreas Schneider de Stahlmarkt Consult.

La demande devrait tomber à un creux jamais vu depuis 11 ans

Outre-Rhin, si les prévisions initiales faisant état d’un repli de -20% de la demande d’acier pour 2020, les dernières estimations font apparaître un repli de –15,3%,  ce qui constitue les plus mauvaises performances depuis 11 ans. Quant à la consommation domestique d’acier, elle devrait s’établir légèrement en deçà de 30 M de t, avant de croître à 33,7 M de t en 2021. Ces niveaux sont bien inférieurs aux volumes normaux de consommation, estimés à environ 40 M de t par an.

Au second semestre, l’offre en produits plats étaient très tendue, partiellement en raison d’une reprise plus rapide de la demande alimentée par le gros appétit des Chinois, particulièrement sur le segment automobile, d’après Andreas Schneider. En outre, au printemps, au plus fort de la crise sanitaire, tous les acteurs du marché ont réduit leurs stocks au minimum, ce qui généré un restockage supplémentaire après le confinement.

L’offre est particulièrement critique pour le coil galva. « Il y a quelques mois, les usines allemandes ont ajusté leur production sur les conditions du marché postérieures à la pandémie. Toutefois, la demande issue des constructeurs automobiles s’est redressée récemment, contrairement à la production d’acier », a commenté un acheteur.

Parallèlement, il a fallu du temps pour relancer les capacités d’acier. Andreas Schneider écarte l’idée selon laquelle ceci est attribuable à la complexité d’ordre technologique liées au redémarrage des installations des hauts-fourneaux.

Le consultant allemand est plutôt d’avis que les usines préfèrent maintenir leur position de force en vue d’avoir une mainmise accrue lors des négociations des contrats à long terme en 2021.   

 

 

Coil laminé à chaud / UE : Des hausses dictées par la demande

27.11.2020
+

Hausse de la production / UE-USA

26.11.2020
+

Mesures de sauvegarde sur les importations / UE : une suppression des quotas en vue?

25.11.2020
+