Retour
cours des métaux

Semi-conducteurs automobile

Secteur automobile / international : la crise des semi-conducteurs va perdurer

Accumulation de stocks

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 13.01.2022

La pénurie de semi-conducteurs, laquelle a déjà lourdement pénalisé la filière automobile au second semestre 2021, devrait continuer à s’enliser cette année, selon S&P Global Platts Analytics. Les avis divergent quant à savoir à quel moment la situation parviendra à se normaliser.

Selon l’analyste londonien, une concordance entre l’offre et la demande n’est pas escomptée avant le début de l’année 2023. Ce dernier table sur des pertes de production totalisant 5,7 M d’unités pour les véhicules légers à l’échelle internationale. Boston Consulting Group ne prévoit, lui, pas de stabilisation avant 2025.

Les réductions de production opérées par les constructeurs automobiles ont sévèrement impacté la demande d’acier et entraîné une accumulation de stocks, notamment pour le coil laminé à chaud, et, dans une moindre mesure, pour le coil galva.

Les acheteurs peinent à planifier leurs besoins

Nombre de sites automobiles, contraints d’annuler des commandes précédemment scellées via des contrats à long terme, n’ont pas une meilleure visibilité quant à leurs futurs contrats à long terme. De fait les perspectives faisant état de nouvelles coupes de productions plongent les constructeurs dans l’incertitude.

En réponse à la désaffection de cette industrie, les sidérurgistes ont décidé de réaffecter les excédents d’acier au marché export, dans l’espoir de susciter l’intérêt d’autres segments gourmands en acier, à l’instar de la machinerie lourde et la construction.

Selon la World Steel Association, les perturbations au sein de la chaîne d’approvisionnement pèsent lourdement sur la reprise du secteur automobile mondial. Ainsi, au regard de la contraction de la demande, la production va s’inscrire en repli, même si les arriérés de commandes pourraient procurer un certain soutien.

Les capacités additionnelles ne sont pas près de voir le jour

En dépit des promesses d’investissements des fabricants de puces, désireux de développer leur production au cours des années à venir, il faudra du temps avant que ces capacités supplémentaires soient opérationnelles. Le prix de la construction d’un site de fabrication de semiconducteurs, dont les travaux peuvent s’échelonner sur 3 à 5 ans, s’établissent entre 10 et 20 mds de $ (9 à 17,7 mds d’€).

L’Inde a des projets ambitieux

Certains pays souhaitent prendre part activement à l’accroissement des capacités de production des puces électroniques. C’est notamment le cas de l’Inde, laquelle a pour objectif de devenir un pôle international de fabrication d’appareils électroniques, dont les semi-conducteurs constitueront une base. Le gouvernement du sous-continent a alloué une enveloppe de 760 mds de roupies (46,7 M d’€) dédiée au développement des sites de production.

D’autres secteurs, utilisateurs clés de semi-conducteurs

L’industrie automobile rivalise avec d’autres secteurs, lesquels sont encore de plus gros consommateurs de ce type de puces. En effet, l’an dernier au plus fort de la pandémie, les confinements successifs ont vu la demande en smartphones, tablettes, consoles de jeu et les casques de réalité virtuelle exploser.

Réduction des émissions de C02 : création d'une coalition UE-USA

24.11.2022
+

Fil machine : Europe : un marché désespérément atone

24.11.2022
+

Tôles / Europe : les prix n'en finissent plus de chuter

24.11.2022
+