Retour
cours des métaux

Réductions de production chute des volumes

Conférence Eurometal : tendance floue pour le 1er trimestre 2023

Des incertitudes croissantes plombent le marché

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 22.09.2022

Le tableau est morose pour la fin de cette année et le début de la suivante sur fond d’incertitudes croissantes quant la course folle des coûts de l’énergie, l’inflation galopante et le nouveau pacte vert pour l’Europe, selon les distributeurs européens d’acier participant  à la conférence organisée à Milan par Eurometal.

Outre les centres de service, les distributeurs de premier plan sont lourdement pénalisés par la flambée incessante des coûts des matières premières, conjuguée à la robustesse des stocks.

Repli des volumes de 10% sur un an entre janvier et août 2022

En marge de la conférence, Paolo Sangoi, président de Assofermet Acciai Fiat  a mis en lumière le fait qu’entre janvier et août 2022, les volumes étaient inférieurs de 10% à ceux enregistrés durant la même période de 2021. Le dirigeant transalpin a précisé que la demande avait amorcé un repli significatif en juin. Ce mouvement baissier s’est confirmé au troisième trimestre, la demande ayant ainsi chuté de 15% aux second et troisième trimestre sur un an.

Quant à Andrea Gabrielli, président de la société Gabrielli Group, l’un des plus gros centres de service indépendants en Italie, il a fait savoir que si le mois de juillet est traditionnellement un mois satisfaisant en termes de ventes, il a affiché les plus mauvaises performances de toute son histoire en 2022.

 De l’autre côté des Alpes, les centres de service consomment ou transforment généralement environ 7 M de t de produits plats chaque année.

« En 2023, nous verrons probablement l’impact du bond de l’escalade des coûts de production sur les consommateurs, lesquels se verront dans l’incapacité de se procurer des matières premières et produits sidérurgiques », a déploré Paolo Sangoi.

Le secteur des produits longs moins impacté que celui des produits plats

Sur une note plus optimiste, ce dernier a  précisé que le segment des produits longs devrait quant à lui mieux tirer sont épingle du jeu grâce au fonds d’infrastructure alloué par l Commission européenne. En revanche , le secteur des produits plats continue de pâtir du manque de vigueur de la filière automobile, partiellement en raison de la crise persistante de semi-conducteurs.

A l’échelle européenne, les réductions de productions opérées par de nombreux aciéristes ne sont manifestement pas suffisantes.

De fait, il est devenu nécessaire d’effectuer des arrêts supplémentaires en vue d’accroître la rentabilité des entreprises et soutenir les prix de l’acier, lourdement impactés par le bond des coûts de l’énergie, combiné à  la désaffection des clients.

Les intervenants à la conférence ont fait part de leur étonnement quant au manque de réductions de production  au sein des usines nord-européennes, où les prix sont inférieurs à ceux observés dans le sud de la région .

Des coupes de production bien trop tardives

Cesare Vigano, directeur général d’ArcelorMittal CLN Distribuzione Italia, a indiqué que les participants à une table ronde avaient insisté sur le fait qu’il était  non seulement urgent et impératif de revoir à nouveau à la baisse les volumes de production, mais de telles mesures auraient dû survenir bien plus tôt.

Nouveau décret énergie / Italie : redémarrage des aciéries

05.10.2022
+

Importations de demi-produits russes / UE : les relamineurs opposés à une interdiction

05.10.2022
+

Tôles / Europe : un marché hétérogène

05.10.2022
+