Retour
cours des métaux

Federacciai énergie verte

Federacciai / Italie : focus sur l'approvisionnement en énergies et ferrailles

L'essentiel de la production italienne d'acier brut produit via des fours électriques

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 06.07.2022

Antonio Gozzi, succédant à Alessandro Banzato jusqu’en 2024,  est devenu le nouveau président de Federacciai. Après  avoir exercé un premier mandat entre 2012 et 2018, c’est la seconde fois qu’Antonio Gozzi, également président et PDG de Duferco Italia Holding, est à la tête de l’association transalpine, après avoir exercé un premier mandat entre 2012 et 2018.

Le nouveau patron de Federacciai souhaite accorder la priorité à l’approvisionnement en gaz et en énergie. « L’Italie, deuxième plus gros producteur d’acier européen, constitue une exception étant donné que 80% de sa production d’acier brut est produit via des fours électriques. Ceci induit que son acier est majoritairement vert et que l’industrie italienne requiert des volumes conséquents d’électricité et de ferrailles », a commenté  Antonio Gozzi.

« La première des priorités est de se focaliser sur des  nouveaux contrats d’énergie verte, à partir de sources d’énergies renouvelables ainsi que des sources nucléaires provenant de l’étranger ».

Consécutivement à l’invasion des troupes russes en Ukraine, les sidérurgistes italiens sont confrontés à la flambée des coûts de l’énergie.

La construction d’usines de DRI hors de l’Italie envisagée

« L’idée est de stabiliser les prix de l’énergie. En ce sens, nous avons créé un consortium en vue d’étudier la possibilité de construire des usines de réduction directe (DRI) hors de l’Italie, en Algérie, Egypte, Lybie, Israel et Chypre, où le gaz est bon marché », a précisé le nouveau patron de Federacciai.

Ce dernier à titre de président de Interconnector Energy Italia, un consortium de sociétés privées italiennes énergivores, et par ses travaux avec l’université de Gênes en tant que professeur associé sur les questions relatives à l’industrie, l’énergie et le transport. Antonio Gozzi a mis en exergue le fait qu’il tenterait de maintenir les ferrailles l’intérieur des frontières.

D’après Eurostat, en 2021, l’Italie a importé 6 M de t de ferrailles  originaires des autres pays européens et en a exporté 600 000 t. A l’échelle européenne 49 M de t de ferrailles ont été exportées et 37 M de t importées.

« Pour atteindre l’objectif de  réduction d’émissions de CO2 fixé par la Commission, une partie de la production émanant des hauts-fourneaux / convertisseurs basiques à oxygène devrait être transformée en production d’acier par four à arc électrique. Cette décision qui va peser sur les disponibilités en ferrailles, raison pour laquelle nous devons collaborer avec les partenaires européens  en vue de conserver les matières premières clés sur notre territoire », a précisé Antonio Gozzi.

La ferraille, classée comme une matière  1ère essentielle depuis mars 2022 en Italie

En mars 2022, l’Italie a, pour la première fois, classé la ferraille comme une matière première essentielle. En outre, ses exportations sont désormais soumises à une obligation de notification dix jours avant d’être expédiées, ce qui constitue un premier pas visant à reconnaître la ferraille comme une ressource stratégique.

L’an dernier,  les aciéristes transalpins ont accru leur production d’acier brut de 19,8 %, à 24,41 M de t sur fond de robustesse de la demande tant sur le segment des produits plats, que sur celui des produits longs. A titre de comparaison, en 2019, la dernière année complète avant la pandémie, la production avait atteint 23,19 M de t.

« En 2021, la production s’est nettement redressée après les faibles niveaux affichés en 2020 suite à l’instauration des restrictions découlant de la crise sanitaire », selon le président de l’association italienne.    

 

Rond à béton / Italie : une embellie se profile

21.07.2022
+

Tôles lourdes / UE : statu quo

21.07.2022
+

Produits longs / International-Irepas : pas d'amélioration de la demande avant fin août

21.07.2022
+