Retour
cours des métaux

Filière auto (UE) : les pertes de production supérieures à 1,2 M d'unités

Posté par : Gwenaëlle Le Louette

A l’échelle européenne, les pertes de production automobile résultant des fermetures d’usines sur fond de pandémie de coronavirus excèdent déjà 1,2 M d’unités- 1 231 038 précisément- d’après des données compilées par ACEA, l’Association des Constructeurs Européens d’Automobiles. De l’avis de l’association européenne, la durée moyenne des fermetures d’usines a été fixée à 16 jours ouvrables pour le moment.

 « Les pertes de production vont inévitablement croître si les fermetures se prolongent ou si des usines supplémentaires sont mises en sommeil », a précisé ACEA. Au sein de la filière automobile européenne, au moins 1 110 107 emplois sont affectés par les fermetures des sites. « Ces chiffres concernent uniquement les salariés employés par les constructeurs d’automobiles, camions, camionnettes et de bus. De fait, l’impact de ces fermetures sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement est encore plus sévère », a commenté ACEA.

Le secteur totalise 2,6 millions d’emplois

Au total, 2,6 millions d’emplois manufacturiers sont fournis par la filière automobile européenne. Si les constructeurs automobiles dénombrent 229 sites d’assemblage et de production dans la région, le secteur automobile européen au sens large recense quant à lui 13,8 millions d’emplois directs et indirects.

« Pour le moment, la préoccupation majeure de ACEA et de tous ses membres est de faire face à la crise traversée par le secteur automobile, lequel a été mis brutalement à  l’arrêt, ce qui constitue une situation inédite », a commenté Eric-Mark Huitema, directeur général de ACEA.

Evaluer l’impact du Covid-19

La semaine 13, l’association européenne, conjointement avec des associations représentant les fournisseurs automobiles, les fabricants de pneus et de caoutchouc, l’industrie des services et réparations automobiles, a adressé un courrier à Ursula von der Leyen, présidente de  la Commission européenne en vue de solliciter des discussions  destinées à évaluer les répercussions de la pandémie.

« Nous pensons que ceci pourrait fournir une base solide, non seulement pour déterminer quelles mesures adopter afin d’atténuer l’impact à court terme du Covid-19 sur notre secteur, mais également, préparer une stratégie de sortie lorsque le pire de cette crise  sanitaire sera derrière nous », tel est en substance le message adressé à l’institution européenne.

Alors que le secteur industriel se focalise sur le traitement des problèmes à court terme résultant de la pandémie, « d’autres activités sont inévitablement pénalisées », précise la lettre conjointe.

Ajustement du calendrier concernant le vote des lois

« Aucune activité de production, de développement, aucun test, ni procédure d’homologation ne peuvent être réalisés en ce moment. Ceci contrecarre les projets que nous avions élaborés, en conformité  avec les lois et réglementations européennes existantes et à venir, dans les délais fixés définis dans ces règlements. Nous estimons par conséquent qu’il serait nécessaire de procéder à un ajustement du calendrier concernant l’adoption des lois», ajoutent les professionnels.