Retour
cours des métaux

Produits longs (Italie) : un redémarrage laborieux

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 22.04.2020

Les producteurs italiens de produits longs tentent de redémarrer leurs installations en dépit de mesures restrictives toujours en vigueur. L’activité du marché est néanmoins paralysée dû aux perturbations des opérations tout au long de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

En vue de limiter les conséquences négatives des arrêts de production, les aciéristes cherchent des moyens de reprendre leur activité sans devoir attendre la fin des mesures restrictives, prolongées jusqu’au 3 mai. « Il est très couteux d’arrêter un four, raison pour laquelle les usines doivent relancer leur processus de production le plus rapidement possible », a commenté une source du marché.

Livraison de produits issus du stock

De l’avis de certains experts, la majorité des producteurs locaux effectuent désormais leurs livraisons depuis leurs entrepôts. « Les usines expédient du matériel issu des stocks en ce moment. Aucune nouvelle production ne voit le jour, hormis celle liée à l’activité essentielle des utilisateurs finaux », a commenté un producteur romain.

Il n’en demeure pas moins que certains fabricants de produits longs auraient déjà repris leur production ou s’apprêteraient à le faire tout prochainement. L’utilisation de capacité des usines n’excéderaient toutefois pas plus de 50%.

La semaine dernière, Pittini Group aurait redémarré sa production dans son usine d’Osoppo, à seulement la moitié de sa capacité. La société envisagerait également de relancer ses opérations sur son site Acciaierie di Verona avec des équipes réduites.

« Certaines aciéries locales, après avoir obtenu  le feu vert des autorités préfectorales ainsi que l’accord des syndicats, reprennent leur production. Les sociétés d’étirage, à nouveau opérationnelles, recherchent de petits volumes. Pittini tente d’intercepter leur demande », selon une source.

De fait, ces sociétés d’étirage, consommatrices de fil machine, ont repris leur travail, mais à une cadence minimale. « Si nos gros clients travaillent très peu, les utilisateurs de plus petite envergure ont rouvert leurs portes depuis le 15 avril », a précisé la source. 

Reprise partielle de la production

Acciaierie Venete a confirmé avoir relancé certaines de ses activités. Le redémarrage étant  toutefois très lent, « le niveau de production dépendra de celui des commandes».

Acciaierie Bertoli Safau a quant à lui rouvert depuis le 14 avril. Alfa Acciai fonctionne en vue de recevoir les livraisons de ferrailles effectuées précédemment. « Il est possible que certains actifs du groupe fonctionnent. S’ils ont des billettes, ils peuvent produire du rond à béton et du fil machine », selon un opérateur.

Avant le confinement, les prix du fil machine et du rond à béton oscillaient respectivement entre 440 et 450 €/t et 390 et 405 €/t départ usine. Des prix qui pourraient chuter de 10 à 15 €/t à court terme.