Retour
cours des métaux

Tôle (UE) : une tendance haussière bien ancrée

Posté par : Gwenaëlle Le Louette

En cette fin janvier, le marché européen des tôles est toujours orienté à la hausse. Si, dans certaines régions, les producteurs tirent profit d’un important restockage, d’autres fournisseurs, moins bien lotis, tentent de combler leur retard. Néanmoins, bien souvent, l’écart entre les offres et les transactions reste significatif.

 Outre-Rhin, les achats ne parviennent pas à décoller dû au manque de soutien des principales industries consommatrices. « Après de modestes opérations de restockage, le marché tourne toujours au ralenti, notamment en raison des perspectives négatives sur le segment local des machines », a observé un trader berlinois.

Quoiqu’il en soit, les fournisseurs domestiques ont relevé leurs offres de 5 €/t sur une semaine, tandis que les contrats sont toujours noués aux alentours des 500 €/t départ usine. « Des prix supérieurs à 500 €/t s’appliquent uniquement à des dimensions spécifiques », selon un expert.

Les offres de tôle standard originaires du Danemark et d’Autriche oscillent quant à elles entre 520 et 530 €/t départ usine, ce qui équivaut à 545-560 €/t livré.   

Les producteurs est-européens, tentant de s’aligner sur les offres soumises par leurs homologues allemands, visent désormais l’objectif des 500 €/t départ usine au minimum. La majorité des contrats sont globalement conclus entre 475 et 485 €/t départ usine. Le retour de Huta Czestochowa, lequel cible une production de 100 000 t de tôles au premier trimestre, pourrait bien faire obstacle à une tentative haussière.

En Italie, les prix du produit plat, dopés par l’accroissement des coûts des importations de brame, à environ 405 €/t cfr pour une expédition mai, vont renchérir prochainement dû à de nombreuses opérations de restockage. « Les distributeurs de premier plan ont achevé l’année 2019 avec des stocks très limités. Ils doivent donc désormais s’approvisionner pour le reste du premier trimestre et, partiellement, pour le second », selon un producteur milanais.