Retour
cours des métaux

Worldsteel chaîne d'approvisionnement

Worldsteel : la demande d'acier plombée par la guerre en Ukraine

Des prévisions revues à la baisse

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 21.04.2022

Worldsteel, l’association internationale de l’acier, a révisé à la baisse, à +0,4% sur un an, ses prévisions relatives à la demande internationale d’acier pour 2022. Cet ajustement baissier, résultant de l’invasion russe en Ukraine, fait suite à une progression de +2,7% en 2021. De fait, ce conflit a non seulement des effets dévastateurs en Ukraine, mais aussi un  impacts significatif en Russie et en Europe.

La chaîne d’approvisionnement fragilisée par de nombreux facteurs

En outre, la guerre en Ukraine va également perturber l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, les matières premières nécessaires à la production de l’acier ainsi que les coûts de l’énergie, a précisé  Worldsteel lors d’une conférence de presse.

L’économie mondiale continue  également de pâtir de la résurgence de l’épidémie de Covid en Chine. En outre,  le resserrement attendu de la politique monétaire aux Etats-Unis, conjugué à la hausse des taux d’intérêt va impacter défavorablement les économies émergentes d’un point de vue financier.

« En 2021, la reprise consécutive à la pandémie s’est révélée plus forte que prévu dans de nombreux pays, et ce, en dépit de perturbations durables au sein de la chaîne d’approvisionnement, et de l’émergence de nouvelles vagues de Covid », a commenté Maximo Vedoya, responsable du comité économique chez Worldsteel.

Le net essoufflement de l’économie chinoise a pesé sur la demande mondiale

« Toutefois, un ralentissement plus sévère qu’attendu en Chine a pesé sur la demande mondiale en acier l’an dernier. Les prévisions sont  hautement incertaines pour 2022 et 2023. Les perspectives faisant état d’une reprise durable et stable suite à la pandémie ont été compromises par la guerre en Ukraine et la montée de l’inflation », a précisé l’expert.

Malgré le ralentissement économique et les contraintes liées aux chaînes d’approvisionnement au sein du secteur manufacturier, la demande en acier dans les économies avancées a opéré un net redressement en 2021. Néanmoins, en raison de la pression inflationniste et du conflit en Ukraine, la demande s’est contractée cette année.

UE : la demande devrait fléchir en 2022 et 2023

Au sein de l’UE, la consommation d’acier s’est effondrée en raison de la forte dépendance de la région vis-à-vis de l’énergie russe. Après avoir bondi de 16,5% en 2021, la demande d’acier devrait se tasser de 1,1%, et de 2,4% respectivement en 2022 et 2023 dans les nations développées.

Suite à l’imposition de mesures drastiques par les autorités chinoises à l’encontre du secteur immobilier, la demande d’acier du géant asiatique a plongé l’an dernier.

Néanmoins, à la faveur des efforts de Pékin visant à relancer les investissements dans les infrastructures et stabiliser le marché de l’immobilier, la demande devrait se maintenir à un niveau stable cette année, avant de se redresser modestement en 2023. 

Nouveau décret énergie / Italie : redémarrage des aciéries

05.10.2022
+

Importations de demi-produits russes / UE : les relamineurs opposés à une interdiction

05.10.2022
+

Tôles / Europe : un marché hétérogène

05.10.2022
+