Retour
cours des métaux

OCDE décarbonation énergie

Comité de l'acier de l'OCDE / International : les membres vont collaborer plus activement

De nombreux défis à relever

Posté par : Gwenaëlle Le Louette 28.09.2022

Le comité de l’acier de l’Organisation de Développement et de Coopération Economiques (OCDE) s’est engagé à consolider son travail au cours des deux prochaines années en vue de répondre aux enjeux structurels à long terme, d’approfondir ses analyses concernant le déséquilibre entre l’offre et la demande sur les marchés internationaux et résoudre l’impact de subventions « de plus en plus omniprésentes ».  L’organisation intergouvernementale va également chercher des moyens de favoriser la décarbonation de la filière sidérurgique dans des conditions de concurrence équitable.

Un renforcement de la coopération est nécessaire

Le comité de l’acier de l’OCDE, lequel se montre « préoccupé par le net ralentissement  observé sur les marchés mondiaux de l’acier », a appelé à une coopération accrue en matière de capacités de production, d’énergie et de décarbonation en vue d’empêcher une détérioration de la crise à court ou moyen terme, selon Sheryl Groeneweg, vice-présidente du comité.

Plus tôt cette année, les prix de l’acier se sont propulsés à des pics sur fond de craintes de pénuries suite au déclenchement des hostilités en Ukraine, le 24 février dernier, avant de chuter au cours des derniers mois.

Les prix  européens des coils laminés à chaud ont plongé depuis fin février

Ainsi, le 26 septembre dernier dans le nord-ouest de l’Europe, les prix du coil laminé à chaud ont-ils atteint 740 €/t départ usine Ruhr, comparativement à 1460 €/t départ usine Ruhr le 18 mars, soit quasiment la moitié du niveau observé au début de la guerre, il y a 7 mois.

Actuellement, le manque de vigueur des prix des coils est attribuable à l’abondance des stocks tout au long de la chaîne d’approvisionnement, conjuguée à des échanges limités.

« Après la survenue de la crise sanitaire, la reprise ne s’est malheureusement pas inscrite dans la durée. Si les conditions du marché se sont améliorées en 2021, la situation s’est nettement dégradée au cours de l’année 2022, notamment en raison du conflit en Ukraine, où de nombreuses aciéries et les infrastructures connexes ont été détruites et/ou été mises en sommeil. En outre les effets persistants de la pandémie contribuent également à à pénaliser l’environnement du marché », a déploré la vice-présidente du comité de l’acier. 

Pour ne rien arranger au tableau, le ralentissement brutal et sévère du secteur de l’immobilier en Chine a des incidences sur le marché mondial. De fait, la consommation d’acier du géant asiatique a diminué de façon drastique alors que le pays représente plus de la moitié de la demande internationale d’acier. 

 

 

 

Tôles / Europe : les prix n'en finissent plus de chuter

24.11.2022
+

Nouveau décret énergie / Italie : redémarrage des aciéries

05.10.2022
+

Federacciai / Italie : focus sur l'approvisionnement en énergies et ferrailles

06.07.2022
+