Flash infos

Luxembourg : Liberty Steel Dudelange pourrait reprendre à 100%

08/09/21
+

Selon le groupe GFG Alliance, l'usine luxembourgeoise devrait de nouveau fonctionner à plein régime au mois d'octobre. Alors que son avenir était encore incertain à la mi-juillet, l'horizon semble s'éclaircir pour l'usine de Liberty Steel de Dudelange.Le site sidérurgique devrait à nouveau fonctionner au maximum de ses capacités dès le mois d'octobre. C'est en tout cas ce qu'a indiqué le groupe GFG Alliance au  Luxemburger Wort . Mais côté syndicat, le doute persiste encore. « Au vu des carnets de commande et du volume de production, nous n'avons pas de vision au-delà du mois de septembre », indique Robert Fornieri, secrétaire général adjoint du LCGB. Les employés « n'ont pas eu de réelle confirmation » d'une reprise de cette envergure.« Il faudrait pour cela que Liberty Steel ait trouvé de nouveaux financiers», souligne le représentant syndical. Interrogé à ce sujet, GFG Alliance n'a pas fait de commentaire.

Sotralentz Construction / France : le groupe propose un acier neutre en CO2

08/09/21
+

Sotralentz Construction (filiale française du groupe allemand Sülzle), spécialiste des aciers pour béton, treillis soudés et armatures de voussoirs, basé à Drulingen (67) a analysé, réduit et compensé ses émissions liées au climat. Elle offre aujourd’hui à ses clients la possibilité d’acheter de l’acier neutre en CO2. Grâce à une contribution versée par le client pour chaque tonne d’acier livrée, les émissions de CO2 générées, lors de la production et de la transformation de l’acier, sont compensées. « Pour nous, le développement durable commence par les fondations. L’acier pour béton présente un bon écobilan car il est inégalé dans son utilisation et sa recyclabilité. Il peut être recyclé un nombre infini de fois sans aucune perte de qualité », souligne Olivier Schmitt, Directeur de Sotralentz Construction.              

France : ArcelorMittal Fos condamné pour infraction à l'environnement

07/07/21
+

Le tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence a condamné ArcelorMittal à verser 30.000 € de dommages et intérêts à France Nature Environnement pour avoir enfreint la loi sur les émissions de polluants dans son usine de Fos-sur-Mer. Dans un communiqué, le géant de l'acier indique qu'il va étudier cette décision en détail, se réservant le droit de faire appel. Les trois plaignants, des fédérations d'associations de protection de la nature (FNE, FNE Paca et FNE Bouches-du-Rhône) avaient réclamé 111.000 €. Ils accusaient ArcelorMittal de « porter gravement atteinte à l'environnement et notamment à la qualité de l'air et la santé des riverains ». A l'audience mi-mai leur avocat, Me Mathieu Victoria, avait énuméré : benzène, dioxyde de soufre, oxyde d'azote. Pour lui, l'aciérie de Fos-sur-Mer n'a pas respecté les valeurs limites fixées par la loi pour les émissions de ces polluants entre 2013 et 2018. « Sur la période 2010-2020, nos émissions ont été réduites fortement : -45% pour les dioxydes de soufre et les dioxydes d'azote, -70% pour les poussières et -85% pour les dioxines», plaide ArcelorMittal dans un communiqué. Le groupe vise la neutralité carbone en 2050.

France / reprise d'Ascoval et d'Hayange : Saarstahl a conclu un accord de principe

07/07/21
+

L'Allemand Saarstahl a conclu un accord de principe avec le groupe Liberty pour acquérir l'aciérie Ascoval à Saint-Saulve (Nord) et son usine France Rail à Hayange (Moselle), a annoncé jeudi 1er juillet le gouvernement français. Cet accord « ouvre la voie à une transaction à l'été 2021».Liberty a mis en vente ces deux sites, qu'il avait repris avec le soutien de l'Etat, à la suite des difficultés rencontrées par sa maison-mère, GFG Alliance. Ce conglomérat dirigé par l'homme d'affaires Sanjeev Gupta était l'un des principaux clients de Greensill, entreprise financière britannique qui s'est déclarée en faillite début mars. « La signature d'un accord de principe entre le groupe Liberty et le sidérurgiste allemand Saarstahl ouvre la voie à une transaction à l'été 2021. Cet accord de principe doit encore être affermi, c'est pourquoi le gouvernement sera très attentif à ce que les éléments de sécurisation de cette cession soient apportés dans les plus brefs délais », a estimé dans un communiqué signé  jeudi 1er juillet  par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

 

France / ArcelorMittal Méditerranée planche sur de gros projets

30/06/21
+

« En dix ans, nous avons investi plus de 100 M d’€ pour améliorer notre impact environnemental. Et nous continuons : nous voulons réduire nos émissions de 30 % à l’horizon 2030 et atteindre la neutralité carbone en 2050. Les premières étapes concrètes de notre décarbonation sont en cours de démarrage », a commenté Bruno Ribo, directeur d’ArcelorMittal Méditerranée, qui comprend les usines de Fos-sur-Mer et de Saint-Chély-d’Apcher. Entre 2021 et 2023, 50 M d’€ vont être affectés à la réduction des poussières sur la chaîne d’agglomération (avec l’aide de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et du fonds Feder) pour une mise en service en 2021, sur le système de torchage de la cokerie et sur le gazomètre du haut-fourneau en 2022. Employant environ 4 000 personnes, entre ses salariés et ses sous-traitants, ArcelorMittal Méditerranée a produit en 2020 un peu plus de 3,1 M de t d’acier.

 

 

International : Vallourec, succès de l'augmentation de capital

30/06/21
+

Vallourec a annoncé le succès de son augmentation de capital de 300 M d’€, lancée début juin, dernière étape de sa restructuration.Le fabricant de tubes sans soudures a indiqué que près de 53.000.000 actions nouvelles au prix de 5,66 € par action avaient été émises, « représentant un montant brut, prime d'émission incluse, de 299.724.207,62 € ». Le taux de souscription à l'opération a atteint 122%, tient à préciser le groupe. « Le produit de l'augmentation de capital sera affecté au remboursement partiel des créances. Avec la mise en œuvre prévue le 30 juin de l'ensemble des composantes de sa restructuration financière, Vallourec sera pleinement armé pour déployer résolument son plan stratégique, et capitaliser sur la reprise de ses marchés », a salué Edouard Guinotte, président du directoire de Vallourec.

 

France : Ascoval invitée à l'Elysée les 3 et 4 juillet

30/06/21
+

Les 3 et 4 juillet prochains, Cédric Orban, directeur d’Ascoval Saint-Saulve sera l’invité du président de la République, à l’occasion de la « Grande exposition du fabriqué en France ». Parmi 2300 autres fabricants français,  présents à l’Elysée, il montrera le savoir-faire des salariés de l’aciérie. Ascoval élabore des barres d’acier appelées blooms, notamment dédiées à la production de rails sur le site mosellan de Hayange, à destination des principaux réseaux ferrés européens. Ces blooms sont fabriqués par fusion de ferrailles dans un four électrique, à partir de rails usagés. Ainsi,  le site d’Ascoval,  qui émet dix fois moins de C02 qu’une aciérie intégrée traditionnelle, est une référence en termes de protection de l’environnement. 

 

Grande-Bretagne : ArcelorMittal va fermer son usine de pièces auto

23/06/21
+

ArcelorMittal a décidé de fermer son site automobile  britannique produisant des flans sur mesure dus à des fondamentaux de marché défavorables. De fait, la direction de l’usine de Birmingham produisant des flans soudés au laser et  des flans découpés sur mesure a motivé sa décision par la contraction de la demande en véhicules au sein de l’UE, la diminution de la production automobile au Royaume-Uni, conjuguée à des prévisions faisant état d’une reprise fragile à long terme.ArcelorMittal. ArcelorMittal Tailored Blanks, un fournisseur clé de flans découpés au laser soudés et non soudés à destination de l’industrie automobile, gère des sites en Belgique, en France, en Allemagne, en Slovaquie, en Espagne, et au Royaume-Uni

France : Industeel n'est plus à vendre

23/06/21
+

Au dernier trimestre 2020, ArcelorMittal a entrepris une revue stratégique d'Industeel, y compris des options de prise de participation par d'autres acteurs industriels, dans le but de renforcer l'activité d'Industeel. Après analyse des propositions reçues, le géant de l’acier ArcelorMittal est convaincu qu'Industeel a un bel avenir en tant que producteur de tôles lourdes dont l’empreinte carbone est la plus faible de l'industrie, et en tant que fournisseur de tôles spéciales nécessaires à la transition énergétique dans plusieurs de ses marchés finaux. Industeel est spécialisé dans la production d’acier laminé à chaud mais aussi de pièces forgées, tôles, lingots et pièces formées, avec la plus grande gamme dimensionnelle au monde. Industeel, lequel produit des aciers au carbone, des aciers faiblement alliés, des inox ainsi que des alliages à base de nickel, regroupe six sites de production dont trois sites aciéries électriques en France et en Belgique.

France : 3 groupes prêts à racheter les sites d'Ascoval et d'Hayange

23/06/21
+

Détenues par le groupe  britannique Liberty Steel, en grande difficulté financière, l’aciérie Ascoval dans le Nord et l’usine de rails d'Hayange en Moselle suscitent les convoitises. Trois groupes, Saarstahl, Beltrame et ArcelorMittal, sont en effet intéressés pour les reprendre. Jeudi 17 juin, s’est tenu un CSE (Comité social et économique) extraordinaire en visioconférence des désormais trois repreneurs potentiels. ArcelorMittal a annoncé lundi 21 juin avoir fait une offre pour les deux sites français. Le groupe prévoit notamment d’investir plus de 60 M d’€ pour accélérer le développement de ces deux usines afin qu’elles puissent produire au maximum de leurs capacités. Saarstahl, « qui ne voulait pas d’Ascoval il y a un an et demi » et réclamait « des aides de l’Etat entre 50 et 60 M d’€ », a finalement « revu sa copie » et ne demande désormais plus d’aides.  La société allemande souhaite faire du site de Hayange « un actif clef pour contribuer à la stratégie européenne de transition écologique des mobilités » et d’Ascoval « le pivot de l’acier vert » de son groupe.

 

 

France : Celsa France et VMI ont signé un accord

16/06/21
+

Celsa France et Van Merksteijn International (groupe VMI) ont signé, au travers d’Intersig France, une alliance stratégique pour leur développement sur le marché français de l'armature. Cet accord commercial permettra aux deux entreprises d'augmenter de manière significative leurs présences sur le segment français de l'armature et de la construction. Van Merksteijn/Intersig va ainsi pouvoir garantir une qualité de service et une disponibilité accrue de ses produits sur le marché français. La gamme de produits du groupe comprend couronnes, treillis soudés dont les gammes Eco et Eco+, raidisseurs, écarteurs et clôtures.Le groupe VMI, plus grand producteur européen indépendant d’aciers longs basé aux Pays-Bas, est déjà présent depuis plus de dix ans à Saint Pourçain-sur-Sioule dans l’Allier.

 

 

Autriche : Voestalpine boucle son exercice dans le vert

16/06/21
+

Le sidérurgiste autrichien Voestalpine, spécialiste des aciers nobles, a conclu son exercice décalé 2020/21 dans le vert grâce à des réductions de coûts et à une reprise de la demande même si ses revenus ont souffert de la crise. Sur la période d'avril 2020 à mars 2021, le groupe a ainsi dégagé un bénéfice net de 32 M d’€, alors qu'il affichait une perte de 216 M d’€ l'année précédente. Il a atteint son objectif énoncé en février d'un résultat brut d'exploitation (Ebitda), avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement, de 1,1 md d'€ (contre 1,2 md en 2019/2020), soit bien au-delà de ce qu'il escomptait initialement. Ses comptes ont cependant pâti d'importantes dépréciations, d'où un bénéfice opérationnel (Ebit) bien plus faible de 115 M d’€, après un exercice 2019/20 dans le rouge, notamment « en raison des conflits commerciaux » mondiaux. Si son chiffre d'affaires annuel a décliné de 11,4% à 11,3 mds d'€, Voestalpine a constaté une embellie à partir du deuxième trimestre, après l'effondrement du premier trimestre. 

 

France : reprise de ACCP (Manoir Group)

02/06/21
+

L'entreprise ACPP (les Ateliers de Construction du Petit Parc), filiale de tuyauterie pour le nucléaire du groupe en difficulté Manoir Group, va être reprise par le Français Fives, qui supprimera toutefois 58 postes sur 220, selon un jugement rendu public mardi 25 mai. Le groupe Fives, qui compte 8.000 collaborateurs à travers 100 implantations dans le monde, « dispose d'une assise financière qui constitue une garantie pour la pérennité du projet de rachat », estime le tribunal de commerce de Rouen. La reprise sera effective mercredi 26 mai, selon le jugement. Lors de l'audience, les salariés et le parquet ont soutenu cette offre. « La reprise de 162 salariés sur un effectif actuel de 220 est satisfaisante au regard du contexte », ajoutent les juges. Le candidat a précisé avoir collaboré à de nombreuses reprises avec ACPP, selon le jugement.Fives Nordon, filiale de Fives est, à l’instar de ACPP, spécialisée dans la tuyauterie à destination du secteur nucléaire. La reprise des droits acquis des salariés représente une charge estimée à 1,5 M d’€. Le prix de cession (hors frais, droits et taxes) offert de 400.000  € et le prix affecté au PSE (Plan de Sauvegarde de l’Emploi), s’élevant à 50.000 €,  « permettront de participer en partie à l'apurement du passif », ajoutent les juges.

 

France : une nouvelle ligne de galvanisation digitale chez ArcelorMittal à Florange

02/06/21
+

Chez ArcelorMittal à Florange, le pilotage de la nouvelle ligne de galvanisation, inspiré des smartphones, s’effectue via des écrans tactiles. Une première dans l’acier récompensée par le prix de la Transformation numérique du Trophée des usines 2021. Le site de Florange vient à nouveau de rentrer dans l’histoire de l’acier mondial. Contrairement à ce que beaucoup pensent, le site mosellan d’ArcelorMittal n’a pas fermé avec l’arrêt, très médiatisé, de ses hauts fourneaux en 2012. Et il ne se résume pas à un musée de l’acier. Cet immense site de 550 hectares emploie 2 350 salariés et produit des aciers pour l’automobile, l’industrie et l’emballage. Depuis décembre 2019, il est devenu la vitrine numérique du géant de l’acier, qui souhaite devenir un leader de l’industrie 4.0.                

France : Matthieu Jehl devient directeur général d'ArcelorMittal France

02/06/21
+

Matthieu Jehl a rejoint ArcelorMittal depuis le 1er juin en tant que Directeur général (CEO) d’ArcelorMittal France. Matthieu Jehl succède à ce poste à Eric Niedziela, nommé en avril dernier Vice-Président Action Climat d’ArcelorMittal Europe et Président d’ArcelorMittal France. Matthieu Jehl a rejoint ArcelorMittal en 2002, et ArcelorMittal Europe–Produits plats en 2011 et a été nommé CEO d’Eisenhüttenstadt en Allemagne. En 2014, il a pris la responsabilité du site de Gand (Belgique) avant d’être nommé CEO du cluster Gand-Liège en avril 2016 puis du cluster Italie fin 2017. Depuis début 2020, Matthieu Jehl était président exécutif de John Cockerill Énergie. ArcelorMittal France est un cluster d’ArcelorMittal Europe – Produits Plats, composé de 7 usines dans la moitié Nord de la France qui produisent des aciers plats de haute qualité destinés aux marchés de l’automobile, l’emballage, l’électro-ménager, la construction.       

France : Electrosteel investit massivement sur son site d'Arles

14/04/21
+

Electrosteel Europe, filiale du groupe indien Electrosteel, approvisionne donneurs d’ordres publics et privés en canalisations en fonte ductile pour les réseaux d’eau potable et d’assainissement, l’irrigation, les réseaux incendie...Le groupe va se doter de nouveaux ateliers de production à Arles dans les Bouches-du-Rhône. Ce  projet, représentant un double investissement de 4 M d’€, précédera un troisième en cours d’étude. Electrosteel Europe affiche  un chiffre d’affaires de 68 M d’€ dont 42% à l’export pour 100 salariés en Europe dont la moitié à Arles.  

 

 

Suède : Volvo Group va lancer des camions en acier décarboné

14/04/21
+

Le numéro deux mondial des poids lourds, Volvo Group, va commercialiser d’ici à l’an prochain ses premiers camions faits à partir d’acier décarboné, a annoncé le constructeur suédois, en revendiquant une première mondiale pour réduire ses émissions de CO2. Volvo a signé un accord avec son compatriote, le sidérurgiste SSAB, qui met actuellement au point une technique permettant de produire de l’acier neuf sans charbon et sans énergies fossiles – en utilisant notamment de l’hydrogène  vert.Volvo Group « s’est engagé à respecter l’accord de Paris sur le climat et à décarboner les transports. Une partie de cette transformation consiste à commencer à remplacer les matériaux de nos véhicules par des alternatives non fossiles », a expliqué un porte-parole du groupe, Claes Eliasson. Le géant nordique prévoit de lancer dès cette année les premiers prototypes avec l’acier de SSAB, en utilisant de l’hydrogène, avant une production en série à « petite échelle » en 2022.

France : début de retour à la normale chez ArcelorMittal Fos

14/04/21
+

Après que la direction d’ArcelorMittal du site de Fos-sur-Mer a lancé un ultimatum visant à faire cesser la grève qui avait débuté le 24 mars dernier, un retour à la normale semble s’être amorcé ce mercredi. Mardi 13 avril, les dirigeants avaient menacé de mettre à l’arrêt 50% de l’usine fosséenne, si la situation ne se normalisait pas d’ici 24 heures. Dans un communiqué, la direction du site explique que  « depuis mardi 13 avril au soir, le travail a repris sur l’atelier concerné par les mouvements sociaux. Nous allons suivre l’évolution de la situation de près dans les heures et jours à venir. Ce retour à la normale -s’il est confirmé - doit nous permettre de continuer avec une marche à deux hauts-fourneaux, ce qui serait une bonne nouvelle pour les sites de Fos-sur-Mer et Saint Chély d’Apcher (Lozère), pour nos clients, pour les salariés, les cotraitants et nos territoires. […]En parallèle, nous poursuivons le dialogue social avec les instances représentatives du personnel. »

 

 

Luxembourg : Aperam affiche de belles performances

14/04/21
+

Le groupe Aperam, fabricant d’inox, d’acier électrique et d’aciers spéciaux a repris 1,5% à 43,60 € mardi 13 avril, alors que les analystes continuent de saluer la solide performance annuelle de l'aciériste en dépit du contexte sanitaire toujours pesant. Sur les trois derniers mois de l'exercice 2020, le groupe a dégagé un Ebitda ajusté de 109 Md’€, contre 85 M d’€ un an auparavant et 84,9 M d’€ de consensus, pour un chiffre d'affaires de 916 M d’€ (-8,4%). Le bénéfice net a  quant à lui atteint 101 M d’€ et les expéditions d'acier sont restées stables en séquentiel, à 431 000 t. « Le quatrième trimestre le plus performant depuis le sommet atteint en 2017 grâce à un solide mix produits au Brésil, conjugué à  un contrôle des coûts strict et des volumes plus élevés en Europe », a souligné l'entreprise, dont le siège social est situé au Luxembourg

Secteur auto : Allemagne : redressement en mars

14/04/21
+

Outre-Rhin, sur le segment automobile, les immatriculations, la production et les exportations se sont accrues en mars. La filière continue néanmoins à ressentir l’impact de la crise sanitaire. Si le mois dernier, la production allemande d’automobiles a bondi de 29% sur un an, à 373 900 unités, ces résultats sont bien inférieurs à ceux enregistrés avant la survenue de la pandémie de Covid-19, d’après VDA (Verband der Automobilindustrie), l’association allemande de l’automobile. La progression est essentiellement imputable à une base de comparaison très basse en mars 2020, période à laquelle les premiers effets des mesures restrictives ont été ressentis. En mars, la production de véhicules destinée à l’export a quant à elle progressé de 23% en glissement annuel, à 296 100 unités.