Flash infos

International : Vallourec en mauvaise posture

25/11/20
+

L’annonce a été officialisée mercredi 18 novembre par la direction. Vallourec, spécialisée dans la fabrication de tubes pour l’industrie pétrolière, a annoncé la suppression de plus d’un millier de postes dans le monde.   Le groupe projette 200 nouveaux licenciements outre-Rhin entre 2021 et 2022 et 500 autres cette année au Brésil dans des fonctions support. L’annonce implique également la suppression de 350 postes en France, notamment sur des unités  de production, incluant la fermeture  des installations de traitement thermique, sur le site de Deville-lès-Rouen en Seine-Maritime, dénombrant 190 employés. Dans un communiqué publié sur son site, l’entreprise a fait état de ses derniers résultats et d’une « restructuration financière » qui a pour but de réduire de façon « significative le niveau d’endettement et les charges d’intérêts ».    

 

 

International : 5000 suppressions de postes supplémentaires chez ThyssenKrupp

25/11/20
+

Le conglomérat en difficulté Thyssenkrupp a annoncé jeudi 19 novembre prévoir de supprimer 5.000 postes supplémentaires pour atténuer l’impact de la crise sanitaire du coronavirus sur ses activités. Le groupe allemand, dont la division sidérurgique existe depuis plus de 200 ans, lutte pour sa survie après avoir été sévèrement impacté par la crise sanitaire.« Les prochaines mesures pourraient être plus douloureuses que les précédentes. Mais nous devrons les prendre », a déclaré dans un communiqué la directrice générale, Martina Merz. Ces nouvelles mesures interviennent après l’annonce l’an dernier de 6.000 suppressions de postes, ce qui porte à 11.000 le nombre total de postes supprimés, dont un tiers a déjà été réalisé. Les 7.400 postes restants, soit 7% des effectifs, seront supprimés au cours des trois prochaines années

France-Belgique : partenariats en vue pour Industeel?

25/11/20
+

ArcelorMittal a annoncé avoir lancé une « revue du portefeuille » de sa filiale d'aciers de haute performance Industeel pour étudier si des partenariats pouvaient en renforcer l'activité, confirmant des informations de presse. Un comité économique et social central s'est tenu vendredi 20 novembre en France, ainsi qu'un comité d'entreprise en Belgique « pour informer les instances représentatives du personnel du processus en cours », a-t-on appris auprès du groupe. Industeel, qui emploie plus de 2000 personnes, compte six unités de production sur cinq sites: quatre en France dénombrant 1100 salariés (Chateauneuf et Saint-Chamond (Loire), Le Creusot (Saône-et-Loire) et Dunkerque (Nord) et une en Belgique (Charleroi). L'entreprise a aussi un centre de R&D au Creusot. Industeel fabrique une grande diversité de produits (plaques, lingots, tôles, pièces de forme) dont certains en très grandes dimensions, et de types d'aciers (aciers pour moules et outils, aciers de haute résistance, aciers de protection, aciers pour la construction navale notamment).

 

Production d'acier brut / Italie : redressement sur un mois en octobre

25/11/20
+

En octobre, si la production italienne d’acier brut a enregistré un nouveau repli sur un an, ce dernier était  toutefois moins marqué que celui affiché en septembre (-19% sur un an). Les aciéries locales ont produit 2,1 M de t d’acier brut le mois dernier, soit une baisse de 5% sur un an, selon les données préliminaires de Federacciai, la fédération des sociétés du secteur. Ce dernier a fait état d’une tendance baissière au cours des huit premiers mois de 2020. Si les données de février ont fait apparaître une stabilisation de la production, une hausse n’est pas survenue avant août en raison des arrêts irréguliers des usines programmés des usines durant l’été. La production de novembre pourrait tirer profit de la demande post-confinement et des tensions sur l’offre, notamment sur le segment des produits plats. Néanmoins, les nouvelles restrictions inhérentes à la pandémie conjuguées aux incertitudes quant au sort d’ArcelorMittal Italie pèsent sur la filière sidérurgique locale.

 

Immatriculations auto (UE) : une baisse bien ancrée

25/11/20
+

Au sein de l’UE, les ventes de véhicules de tourisme ont consolidé leur baisse en octobre, après que de nouvelles mesures restrictives ont été imposées par plusieurs gouvernements en raison de la survenue de la seconde vague de coronavirus, d’après ACEA, l’Association des Constructeurs Européens d’Automobiles. Selon l’association européenne, après avoir progressé, pour la 1ère fois cette année en septembre, les immatriculations ont chuté de 7,8% sur un an en octobre, à 953 615 unités. Hormis en Irlande et en Roumanie, tous les marchés de l’UE ont affiché des pertes, y compris les quatre principaux. De fait, sur un an, la demande a chuté de -21% en Espagne, à 74 228 unités, de -9,5% en France, à 171 050 unités, et de -3,6% en Allemagne, à 274 303 unités. En revanche, la demande n’a quasiment pas fluctué en Italie, où les immatriculations ont seulement reculé de –0,2%, à 156 978 unités. Les ventes d’octobre portent les immatriculations totales à 8 M d’unités pour les dix premiers mois de l’année, soit un plongeon de -27% sur un an.